Attention, accoutumance et méditation

By March 31, 2018 Uncategorized No Comments

Même si l’attention est un outil qui nous permet de nous déplacer dans le monde, tout comme notre “carte du monde” (voir l’article « se reconcentrer sur soi avec la méditation »), elle a aussi ce que nous pourrions appeler des « effets secondaires »: le principe de l’habituation peut provoquer un sentiment de routine , de vivre toujours la même chose, de l‘ennui, de la perte de valeur des choses que nous avons autour de nous et même et, quelques fois, de nos proches…

La fameuse tendance qui nous pousse, selon l’expression, à considérer les choses ou les gens comme « acquis », qui peut entrainer ainsi une perte d’intérêt et un besoin de changement…ça vous dit quelque chose? Ici, je partage avec vous quelques extraits du livre de D. Goleman et R.J. Davidson, “Les bénéfices de la méditation”, dans lequel ils nous invitent à réfléchir sur notre mode de vie actuel et sur notre rapport à la technologie.

 

Le principe d’habituation…¡Attention!

L’attention passe par une sorte de goulot de bouteille mental étroit, et de telle manière nous devons bien la gérer. La partie la plus importante est dirigée vers ce sur dont nous avons décidé de nous focaliser, mais quand nous gardons notre attention sur cette chose, l’attention se fane inévitablement , notre esprit est détourné vers d’autres pensées, etc. C’est sur cette inertie que travaille la méditation (…)

Normalement nous prêtons attention à un stimuli le temps suffisant pour nous assurer qu’il ne représente pas une menace, ou bien seulement pour le catégoriser. Une fois que nous reconnaissons qu’il s’agit de quelque chose de sûr ou de familier, le processus d'”habituation”, ou d’accoutumance, conserve l’économie cérébrale en arrêtant de prêter attention à cette chose. Mais cette stratégie a ses inconvénients, car nous finissons par nous habituer à n’importe quelle chose qui nous paraît familière, comme les tableaux qui ornent les murs de notre maison, le dîner de chaque soir…et, peut être aussi, les êtres qui nous sont chers.

 

Relation à la technologie

Nous souffrons tous d’une version digitale de la “catastrophe pleine”, d’une vie saturée d’emails, d’appels téléphoniques et de textos qui nous bombardent continuellement, sans parler des posts Facebook, d’Instagram et des rappels urgents de notre univers personnel de réseaux sociaux. Et, compte tenu de l’omniprésence des smartphones, entre autres, les gens reçoivent aujourd’hui, en pleine ère numérique, plus d’informations que jamais (…)”

 

“L’attention se réfère à la faculté de diriger délibérément notre attention errante, encore et encore, et constitue le fondement même du jugement, du caractère et de la volonté. L’information demande de l’attention, de sorte que l’excès d’information s’accompagne nécessairement un appauvrissement de l’attention. Toute éducation qui améliore cette faculté serait l’éducation par excellence »,

Herbert Simon.

Relations sociales

Mais cela affecte aussi nos relations sociales. N’avons-nous pas l’impulsion de dire à un enfant de laisser le téléphone et de regarder dans les yeux de la personne avec qui il parle? Et l’urgence de ce type de conseil est plus nécessaire encore car, parmi les victimes de distractions numériques, se trouvent des compétences humaines fondamentales comme l’empathie et la présence sociale.

La signification symbolique du contact visuel, ou de laisser ce que nous faisons pour établir le contact  nous montre le respect, le soin et même l’amour avec lequel nous traitons notre interlocuteur. Le manque d’attention aux gens autour de nous transmet, au contraire, le message de l‘indifférence. Ces simples normes sociales d’attention à la personne avec qui nous communiquons ont changé de manière silencieuse et inexorable (…)

Et c’est un problème qui s’étend au reste de nos vies. L’incapacité de séparer le bruit (c’est à dire, les distractions) du signal (chose sur laquelle on veut se concentrer) ne permet pas de remarquer, et donc de retenir, ce qui est important (…)

Méditation

En prêtant une attention particulière aux images, aux sons, aux goûts et aux sensations, aux choses auxquelles autrement nous nous habituons, la pleine conscience transforme le familier et l’habituel en quelque chose de nouveau et d’intéressant. C’est un entraînement de l’attention qui, comme nous l’avons déjà vu , nous offre la possibilité d’empêcher l’accoutumance et, en se concentrant sur la texture profonde de l’ici et maintenant, de transformer l’ancien en quelque chose de nouveau.”

 

Que retenez-vous d’util pour vous?

 

Leave a Reply